17 AOÛT 2015

17 aoûtJorn #5 : Monthòrt > Tartàs > Arjusan / Montfort > Tartas > Arjuzanx

Adishatz ! Cincau jorn de la Chancada. La fin des reliefs chalossais, le ciel rose d’Arjuzanx, et de l’arnica : tout un programme.

C’est la fin des etapassas de 40 km. Des douleurs ? Boooooo… Ça tire un peu. On est un peu « rochats » – du verbe « rochar (Méd.). – C. <routchà>, frotter, râcler. » Les coéquipiers ont même proposé que la Chancada change temporairement de nom sur ces étapes longues : la Rochada. Et Simin Palay confirme, le terme est adéquat (cf. Définition susnotée). Comment atteindre notre but d’arriver à bon port tous les jours, « routché » de la veille, l’avant-veille… et ce, tout en s’amusant ? L’hemoclar, certes. La crème jambes legères cryo-arnica, pas mal. Avec massage de notre chère bicicletaira kiné Carole, encore mieux. Une poche de glaçon sur les genoux avant d’aller dormir, pourquoi pas… Et bien non. Sachez que, selon Mauriçòt, le mieux, c’est le bluff. Exemple : « – Maurice, as mau qqpart ? – Non. Que rocha din. Mes que va. » = bluff. Qu’on désigne dans ce contexte par le bluff de Chalosse (© sur cette vanne), qui risque de se prolonger en bluff de Bazas d’ici samedi. Peur de rien.

Mais revenons à ce 5ème jour de chancas. Au matin, Lola, Michel et Denis attaquent, mordent le bitume du bout de l’échasse, et décident d’un pas généreux d’arriver le plus loin possible, avant le relais prévu à Tartas. Comme pour nous prouver que l’on avance, dans une totale bienveillance, la route de Tartas devient « route de Montfort ». Cada pas que ns’apressa deu cap.

A Sent Jors d’Auberit, qu’encontram a Bruno, ancian chancaire deus Gojats de l’Ador d’Acqs, qui sembla estar hòrt sedusit per la nosta aventura. Lo son hilh qu’apren lo gascon au collègi de Monthòrt, e aquò qu’ei ua de la soas granas fiertats. Qu’escambiam experiéncias de chancas, practicas, sensacions. L’estrambòrd b’ei acomanadís.

À la mi-journée, fini la Chalosse vallonée, aux pentecôtes et côtepentes abondantes, au trafic routier parfois dangeureux. Heureusement, suivis de près par la correspondante Sud-Ouest Annie Quillon (merci pour les gâteaux), cette dernière nous conseille un itinéraire tranquille et bien plus beau : par la route de Bernadia, on passe à Pedepeyrot (#PèdePeiròt) ou encore Rey (#Rei), Lahaout (#LaHaut), Peplat ou Bramehami (#bramaHami), lo Molin deu Miei, etc… Du branar en veux-tu en voilà, les premiers pins, le sables gris-noir, et quelques feuillus. À Tartas, une fois passé la Midouze, sur la carte IGN comme sous nos pieds/échasses, le relief s’arrête net. Chalosse, on aura adoré silloner tes croupes, monter et descendre et monter et descendre et monter et descendre… (= bluff de Chalosse).

Cambiament d’equipa, que cau halar tà arribar lo mei de d’òra possible a la reserva. Qu’èm estats loishs suus oraris en matiada, que’s paga adara. Qu’èm atenuts per 18h a la Maison deu site d’Arjusan, mes ne s’i escaderàm pas. Chic a chic, lo monde e lo nostes òstes que’s despacientan. Que hèm com podem… Au panèu Arjusan, Mikael e Jisket, dus bretons que ns’atenen dab un article de premsa bretona « War skasoù evit ar yezh », sus la Chancada, escriut per Fabien Lécuyer. De non pas créder !!!

Finaument qu’arribam. L’endret qu’ei esmiraglant. Serada Escota ! Mercés a Isabelle Loubère, Domenja Lekuona, Joan Francés Tisnèr. Des histoires de madame la Mort coincée dans un pommier, des bonnes femmes et des fées, des gars pas bien riches. On écoute Crane Airways et les grues de la réserve… Le ciel se peint en rose, les lumières s’allument dans les arbres. Lo Joan Francés que ns’a hèit un present deus bròis : un montatge sonòr difusat tostemps en quadrifonia, deus sons captat a la serada deus cantaires au jardin public a la Piperadèra. Salut Baiona, los Picatalòs, Anem tà Salies… lo tot mesclat e superpausat, en un horvari gaujós, qui trenca din dab l’ambient de « recuelhiment »… Sabrós !

Qu’èm tots arcuelhuts en çò de Bernadette, lo son òmi e los tres mainatges. La petita darrèra Zoé qu’ei en la classa bilingüa de Morcens. Mercés de’ns recéber a vòste. 

Mercés a Isabelle Loubère, Domenja Lekuona, Joan Francés Tisnèr, l’equipa deu Sindicat Mixta, lo Maire d’Arjusan qui ns’a atenuts, la familha Lacorne-Tardits e las Hontinas. A lèu peus camins morcenés !


Òstes e partenaris de l’estanc / Hôtes et partenaires de l’étape :

Las Hontinas, parents d’élèves de la classe bilingue de Morcenx, Syndicat mixte de gestion des milieux naturels d’Arjuzanx, Office du tourisme du pays morcenais, La Compagnie du Parler Noir, Joan Francés Tisnèr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>